Alexander Hahn
Alexander Hahn, Still de vidéo


Alexander Hahn

Mémoires astrales d'un homme volant

du 20 septembre au 3 novembre 2002

Dans le cadre du festival Images’02 cinéma, le Musée Jenisch de Vevey consacre une importante exposition et un catalogue au vidéaste suisse Alexander Hahn, qui compte parmi les principaux artistes de sa discipline (Preis für Junge Schweizer Kunst, Zurich, 1995; Laser d’Or au VideoArt Festival de Locarno en 1998; expositions au Museum of Modern Art, New York, 1992; Daad Galerie, Berlin, 1994; Kunsthaus Zürich, 1995; Kunstmuseum Bern, 1997; Neuer Berliner Kunstverein, 1999).

«Mémoires astrales d’un homme volant», le titre que Hahn a donné à son projet veveysan fait allusion à La Découverte australe par un Homme-volant, roman utopique de l’écrivain français du XVIIIe s. Restif de la Bretonne, qui emmène ses lecteurs dans d’imaginaires Antipodes. Maître de la lumière, Hahn explore les mondes intérieurs de l’homme, l’espace lumineux du rêve. «En peinture, explique-t-il, l’artiste traduit ses impressions visuelles et sensibles sur la toile au moyen de taches de couleur, d’où résulte peu à peu une image unique du modèle et de sa nature variable. Dans mon projet, le Musée Jenisch devient la toile; les différentes installations représentent les touches du pinceau; la lumière remplace les pigments de couleur.»


Remplissant tout l’espace du musée ainsi qu’une section du Cabinet cantonal des estampes, l’exposition présentera, à côté d’une partie anthologique (Memory of Light – Light of Memory, 1998; The Invisible Never Happens, 1998; My Own Private Universe, 1999), la dernière installation de Hahn Moving Vast Amounts of Water to a Barren Place (2002, deux canaux), ainsi qu’une spectaculaire suite d’anamorphoses animées.

La manifestation est accompagnée d’un catalogue bilingue français-anglais, à la fois livre d’artiste (entièrement conçu et réalisé par Hahn) et monographie scientifique, avec des textes d’Angelika Affentranger, Danielle Chaperon, Alexander Hahn, Ursula Perucchi et Dominique Radrizzani, commissaire de l’exposition. Les Mémoires astrales d’un homme volant sont promises à un bel avenir, puisqu’elles seront reprises (mais en partie seulement, faute d’espace) à la Kunsthalle de Winterthour.