Une Venise de papier
Couverture du catalogue de l'exposition (détail)


Une Venise de papier

La cité des Doges à  l'époque de Canaletto et Tiepolo

du 23 avril au 4 septembre 2005

Fidèle ambassadrice de Venise, l’estampe a porté aux quatre coins de l’Europe des Lumières l’image scintillante de la Sérénissime. Nul autre médium que la gravure n’apparaît mieux à même de capturer et de diffuser l’essence d’une cité déjà touristique au XVIIIe siècle. Aux yeux du voyageur du Grand Tour, les gravures rapportées de Venise font office de cartes postales de luxe, souvenirs tout autant qu’œuvres d’art, planches dans lesquelles l’encre, habilement ménagée sur la blancheur du papier, célèbre avec bonheur la lumière vénitienne.

La présente exposition, dévolue à une Venise de papier alors à son apogée, voit ainsi se succéder au rythme de quelque 150 estampes les noms célèbres de Canaletto, Tiepolo, Carlevarjis, Marieschi et Longhi, et ceux, moins connus, de peintres, architectes et scénographes, tous attirés par le pouvoir évocateur d’une cité prestigieuse. Du foisonnement artistique émergent les registres de la veduta, du caprice, de la scène de genre, passant ainsi de la topographie à l’invention libre, se déroulant dans des ambiances festives de carnaval.

Grâce à la mise à disposition des trésors d’une fabuleuse collection privée, dévoilés ici pour la première fois, le Cabinet cantonal des estampes se réjouit, dix ans après son exposition consacrée à Canaletto et Bellotto, de renouer avec l’âge d’or de la gravure vénitienne. Conçue par le Cabinet des estampes, l’exposition et le catalogue qui l’accompagne ont bénéficié du support scientifique de l’Institut d’Histoire de l’Art et de Muséologie de l’Université de Neuchâtel. Reprise à l’automne de cette année par le Museo Cantonale d’Arte de Lugano, la manifestation fera rayonner cette Venise de papier également en terre italophone.