Friends, etc. La collection Pierre Keller

i

Sylvie Fleury (*1961), Cuddly Paintings, 1993, fourrure synthétique sur toile. Collection Pierre Keller © 2019, ProLitteris, Zurich photo Julien Gremaud

arrow icon
Du 5 avril 2019au 11 août 2019
Vernissage le 4 avril 2019

Nombreux sont ceux et celles qui ont connu le personnage public – artiste, ancien directeur de l’ECAL, récent président de l’Office des Vins vaudois –, mais peu savent le passé d’enseignant de Pierre Keller (au Collège d’Aigle, puis au Gymnase du Bugnon à Lausanne), mais aussi d’éditeur et de collectionneur. Cette facette confidentielle sera dévoilée pour la première fois, au travers d’oeuvres réunies au cours des cinquante dernières années.

L’exposition met en lumière une constellation d’intérêts. La musique avec le Montreux Jazz Festival et la Dolce Vita. L’architecture avec Marcello Morandini, Mario Botta, Alberto Sartoris, Bernard Tschumi. Le design avec les frères Campana et Bouroullec ou Pierre Charpin. Enfin, le vin et la vigne. Il est question d’échanges, de transmission, de production, d’édition d’oeuvres et, bien entendu, d’amitiés fidèles, de Jean Tinguely à Keith Haring, en passant par John M. Armleder.

« Spécial Fête des Vignerons »
Cette exposition est à découvrir en parallèle à celle de la Fondation Oskar Kokoschka, ainsi que celles du Musée historique de Vevey et du Musée suisse de l’appareil photographique.

 

Publication

Extrait : Le chapitre manquant. Pierre Keller, collectionneur, Stéphanie Serra, p. 121
« La première question posée à un collectionneur est souvent la suivante : Quelle fut la première œuvre achetée ? Il y a toujours un intérêt certain pour le début d’une histoire. Pour l’anecdote. Essayant sans cesse de retracer le premier amour, comme s’il pouvait y avoir dans ce choix, une forme de prémonition, de destin. Cette décision peut se révéler décevante ou anecdotique, une fois le plaisir de raconter l’histoire dépassé. Dans le cas de la collection de Pierre Keller, ce choix est pourtant bien la première brique solide de l’édifice, et ceci pour une raison simple : à 20 ans, il est artiste. Il est un artiste qui collectionne. Il sait regarder une image. Il cherche dans l’image car finalement seule l’image compte, comme l’écrivait Jean Tinguely en parlant des polaroids de son ami. Oui, l’image, mais aussi la production de celle-ci. Ce qui se passe juste avant, non pas au niveau conceptuel, mais par la main, par le geste. Pas de carnets d’artistes, donc, dans cette collection, mais des esquisses, des épreuves et des images parfois incomplètes. Des lettres aussi, parlant de projets, et des essais qui saisissent parfois la construction mathématique d’une pensée ou, à l’opposé, la rapidité d’un mouvement avec, toujours au centre, le caractère irrémédiable de l’acte : graver, imprimer, peindre, dessiner ou photographier et assumer. »

 

Pierre Keller, Friends, etc.
Avec un texte de Stéphanie Serra et une discussion entre Pierre Keller et John M Armleder
Édition Musée Jenisch Vevey, 128 pages
CHF 25.-

Galerie
Vues de l’exposition
Documents
Avec le soutien de
Partenaires institutionnels